Politique

Bon anniversaire, Karl !

Image de prévisualisation YouTube

Ce bon vieux Karl Marx aurait deux cents ans aujourd’hui, le 5 Mai 2018, si, le 14 Marx (heu… Mars !) 1883, il ne s’était pas bêtement éteint.

Mais comme pour tous les génies, son oeuvre lui survivra encore quelques centaines d’années. À moins, bien sûr, que, d’ici là, la folie capitaliste qu’il s’est évertué à dénoncer n’entraîne l’humanité entière dans le chaos final et qu’il n’y ait plus personne pour se souvenir de lui comme de tout le reste…

Cette petite vidéo, qui ne dure qu’une dizaine de minutes, résume assez bien la pensée marxiste. Comme il est écrit en préambule, elle est forcément simplificatrice. Car, on ne peut décemment pas être exhaustif, en quelques minutes, relativement à une théorie qui a demandé plus de cinquante ans de travail acharné. N’empêche, elle est éclairante et peut inciter certain(e)s à poursuivre la réflexion.

Pour ma part, j’ai lu le « Capital » quand j’avais vingt ans et je n’y suis jamais retourné depuis. Enfin, partiellement, comme ça, en picorant. J’avoue… De plus, à l’époque, je vous fais un autre aveu, je n’avais pas tout compris. Et pourtant, j’en ai retenu la substantifique moelle. Cette lecture a été déterminante pour moi. Même si la pensée de Marx était bien trop puissante pour pouvoir être pleinement appréhendée par mon petit potentiel neuronal et juvénile, j’ai néanmoins saisi l’essentiel. Et ça ne m’a jamais quitté.

Le capitalisme est basé sur l’exploitation de l’homme par l’homme. C’est indubitable, indéniable, axiomatique. C’est une évidence. Qui peut, aujourd’hui encore, sans se ridiculiser à l’aide d’arguties spécieuses, oiseuses, la contester ? Les capitalistes ne peuvent s’enrichir qu’en bradant notre force de travail. Un point, c’est tout. En France, en Europe, aux États-unis, et, plus encore, partout ailleurs. C’est pourquoi, le capitalisme doit être politiquement combattu.

La cupidité d’une minorité d’actionnaires entraîne fatalement l’asservissement et la paupérisation d’une immense majorité de travailleurs avec tous les dommages collatéraux sociaux, sanitaires, écologiques, que l’on sait. C’est le principe premier du capitalisme depuis qu’il existe. Disons depuis deux ou trois siècles…

Ce bon vieux Karl a fait des émules, bien sûr ! Je pense, dans le désordre,  à Lénine, à Staline, à Fidel Castro, à Chavez, à Pol Pot, à Mao Zedong, à… Enfin, à plein d’autres ! Ils ont tenté, avec plus ou moins de bonheur de proposer une alternative au capitalisme en s’inspirant de Marx. Force est de constater qu’ils ont tous lamentablement échoué. Et certains se sont même rendus coupables, emportés par un délire autoritaire, de crime contre l’humanité.

Cependant, la pensée de Marx, même si elle a été pervertie, dénaturée, exploitée à des fins innommables, est toujours vivante, et, ô combien, d’actualité. Je vous invite à jeter un oeil sur une séries de documentaires pédagogiques sur ARTE pour vous en convaincre.

À n’en pas douter, le marxisme restera longtemps encore un phare, un modèle et une base de réflexion politique, pour tous les naufragés du capitalisme.

 

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Rdl6470 copropriété |
Pomcisly |
Jenaimepaslislam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actualites
| Bollywoodteam
| M.C Community